LA MARINE MARCHANDE EN CORSE

LA COMPAGNIE GERARD & FILS (1830 - 1840)

Vous pouvez écouter sur cette page un extrait de la chanson "Un batellu chi passa" interprétée par Antoine CIOSI

 

Dans le Journal du Département de la Corse daté du 24 juin 1830 on peu lire : "Grâces à la paternelle sollicitude du gouvernement du Roi, nos espérances au sujet des bateaux à vapeur, chargés du service de la correspondance entre le Continent français et l’île de Corse, se sont enfin réalisées. L’un de ces bateaux, celui dénommé le Liamone est entré dans le port d'Ajaccio le 18 de ce mois â six heures du soir ; l’autre dénommé le Golo est arrivé à Bastia le 20. Désormais nous recevrons donc le courrier de Paris deux fois par semaine et presque aussitôt que d’autres départements qui sont cependant plus rapprochés que nous de la métropole.Il serait difficile d’exprimer la joie que les habitants ont manifestée à l’apparition des deux bâtiments.

Nous pouvons assurer que le 18 et le 20 juin 1830 feront époque dans les annales de la Corse".

 

L’idée de relier la Corse au continent par des navires à vapeur a été émise pour la première fois en 1825, mais c'est seulement en 1830 que débutent les premières liaisons régulières. Elles sont assurées par des navires à coque en bois propulsés par des machines à vapeur d’une puissance de deux fois vingt-cinq chevaux actionnant des roues à aubes, tout en étant gréés de voiles auxiliaires..
Ces liaisons sont assurées par les trois vapeurs de l’armement toulonnais GERARD et Fils, Le GOLO, le LIAMONE et le VAR qui mesurent chacun trente-trois mètres de long, cinq mètres de large et jaugent cinquante tonneaux. Chaque navire dispose de quatorze cabines et peut transporter une cinquantaine de passagers, mais la moyenne n’est en fait que d’une douzaine par traversée et le confort y est très relatif.
Les traversées par vent faible durent environ 26 heures entre Toulon et Ajaccio et 30 heures entre Toulon et Bastia, mais se prolongent souvent de 24 heures lorsque le mauvais temps s’en mêle.
Le 18 Juin 1830 à 18 heures, le Liamone entrait dans le port d’Ajaccio en provenance de Toulon après vingt-six heures de traversée. Deux jours plus tard, le Golo reliait le port varois à Bastia en trente heures.
L’arrivée des deux vapeurs eut un si grand retentissement dans l’île que le «Journal du Département» l’évoquait en ces termes : « Il serait difficile d’exprimer la joie que les habitants ont manifestée à l’apparition des deux bâtiments. Nous pouvons assurer que le 18 et le 20 Juin feront époque dans les annales de la Corse ».

Mais ce nouveau mode de transport n'est pas bien accueilli par tous;  les marins y voient une concurrence déloyale entre leurs voiliers et ces vapeurs bien plus rapide. L’armement GERARD et Fils est violemment critiqué par la presse qui avance que la sécurité et le confort des passagers à bord de ces navires est loin d’être à hauteur des subventions significatives allouées à la compagnie à raison du service postal imposé par l’Etat.
Par ailleurs, le port de Marseille prend l’ascendant sur celui de Toulon comme tête des lignes postales, non seulement vers la Corse mais aussi vers le moyen orient.

La vapeur s’est désormais imposée et le nombre de navires qui desservent la Corse a littéralement explosé en passant de trois en 1841 à cent dix en 1845 et deviennent de plus en plus confortables.
En 1843, l’armement GERARD et Fils, dont les intérêts se concentrent sur Toulon, renonce finalement à desservir les lignes de Corse dont le service postal sera désormais assuré par la compagnie bastiaise VALERY.

 

 

*******

 

 

Le Golo Le Liamone

 

 

 

Me contacter

Haut de page

Dernière mise à jour pour cette page : 14 mars 2022