LA MARINE MARCHANDE EN CORSE

LA COMPAGNIE FRAISSINET (1836 - 1968)

Vous pouvez écouter sur cette page un extrait de la chanson "Un batellu chi passa" interprétée par Antoine CIOSI

 

 

La Compagnie Fraissinet a été fondée en janvier 1836 à Marseille par Marc Fraissinet qui va s'allier au courtier d'assurance Chancel. En 1841, Fraissinet rachète la compagnie.
En 1853, l'entreprise est rebaptisée Compagnie marseillaise de navigation à vapeur.
En 1860, la société possède dix navires.
En 1865, l'augmentation du capital de l'entreprise permet l'achat de six nouveaux navires.

En 1868, les navires de la compagnie Fraissinet relient la Corse et Livourne.

En 1870, en raison de la guerre franco-prussienne, le service vers la Corse est suspendu et plusieurs navires sont vendus.
La société refait surface en 1874 sous le nom de Nouvelle société maritime de navigation à vapeur et obtient du gouvernement français le service postal à destination de la Corse.

En 1892, Fraissinet absorbe la société corse Morelli et ses cinq navires (Bocognano, Ville de Bastia, Comte Bacciochi, Persévérant et Evénement).
À la fin du XIXe Fraissinet dessert le Languedoc, la Corse (service postal), la Sardaigne, l'Italie, la Riviera française et italienne, Constantinople, la mer Noire et l'embouchure du Danube, Oran, Dakar et Libreville (service postal).

Le 7 Juin 1903, le Liban enter en collision avec l' Insulaire à quelques miles au large du port de Marseille, causant la mort de plus de 100 personnes. L'accident provoquera une violente campagne de presse contre Fraissinet et lui fera perdre le service postal à destination de la Corse en 1904 au profit de la Compagnie française de navigation et de construction navale qui ne pourra pas cependant exécuter le contrat qui est rétrocédé à Fraissinet en 1905.
Le 20 mars 1904 à lieu l'inauguration des nouveaux services postaux maritimes vers la Corse avec les navires Italia et Gallia de la Compagnie française de navigation qui assurent cinq rotations hebdomadaires entre la Corse et le continent. Des navires plus petits (Corsica, Numidia, Iberia, Vizavonna, Tavignano et Monte d'Oro) viendront compléter la flotte de la compagnie.

Pendant la Première Guerre mondiale la flotte Fraissinet est gravement endommagée et c'est avec seulement 10 navires que Fraissinet va réorganiser l'entreprise autour des lignes de Corse et d'Algérie.

Octobre 1922 : Les traversées maritimes sont assurées par six navires : Corte, Liamone, Corsica, Numidia, Pelion, Iberia.


Le 29 novembre 1926, à Marseille, Alfred Fressinet, président de la compagnie des transports maritimes, réunit pour la dernière fois le conseil d’administration… il mourra quelques mois plus tard après avoir été pendant 37 ans gérant de cette compagnie qui assurait la liaison entre la Corse et le continent et dont il était président depuis 1920.
En 1927, le marché postal corse est prolongé de 20 ans. Une nouvelle série de navires modernes est construite (Cap-Corse, Ville-d'Ajaccio, Cyrnos, Ile-de-Beauté, Pascal-Paoli).

 

Mais la seconde Guerre mondiale est fatale à l'entreprise. L'un des rares navires laissés par les Allemands à la marine marchande française, Général-Bonaparte, est coulé par un sous-marin britannique, le 19 mai 1943 au large de la Corse.
En 1948, le service de la Corse a été accordée à la Compagnie générale transatlantique qui intègre la flotte corse de Fraissinet qui réduit son activité à la côte de l'Afrique occidentale en se dotant de bananiers et paquebots.
Une succession de fusions et réorganisations avec la Société Générale des Transports Maritimes, Chargeurs réunis et Fabre n'empêchera pas la disparition du drapeau de Fraissinet en 1968, le pétrolier Alfred-Fraissinet étant le dernier navire de la compagnie (il sera retiré en 1974).


Source: Paul Bois. Armements marseillais - Compagnies de navigation et navires à vapeur (1831-1988), publié par la chambre de commerce et d'Industrie de Marseille-Provence.

 

Voici ce que l'on pouvait lire à propos de la compagnie FRAISSINET dans le journal L'ASPIC (Bastia) du 29 octobre 1896
La Compagnie FRAISSINET
Pour donner à nos lecteurs un aperçu des abus que ne cesse de commettre cette compagnie rnonopolisatrice, en Corse, nous allons citer brièvement un fait qui s'est produit cette semaine même. Le public appréciera.
Le « Bocognano » arrivé jeudi 22 octobre de Nice, fut obligé pour satisfaire l’intérêt personnel de la Compagnie de repartir le même jour pour Marseille. Cela s'explique ! Le « Cyrnos qui devait comme de juste aller à Marseille, pouvant transporter plus de « Lucquois » que le « Bocognano », il était de tout intérêt —d’après l’agent — de lui, faire effectuer une deuxième fois et à un jour d’intervalle le voyage d’Italie.
Tout le monde croyait que le « Cyrnos » serait parti pour Nice le jour après au lieu et place du « Bocognano », erreur profonde. La « Ville de Bastia >> arrivée le vendredi matin de Marseille, dût repartir le soir du même jour à destination de Nice, et le « Cyrnos », pour la troisième fois, effectua le trajet de Livourne.
D’où cris et réclamations de la part de tout le monde, et en particulier des négociants de la ville. La Compagnie selon son ancienne habitude, fait la sourde oreille et laisse clamer.
Pareille mutation de navires a lieu quelques jours après. Les abus indignes se suivent, et la Compagnie est d’un sans gêne achevé.
En effet, le « Bocognano » (toujours lui) arrivé de Marseille lundi matin 26 octobre, est obligé de retourner le même jour à Marseille, avec un retard de 8 heures.
 


 

LE BALKAN (1882-1918)

Armement : Cie FRAISSINET

Chantier de construction : Chantiers Archibald Mc Millan & son Ltd - Dumbarton (Ecosse).

Caractéristiques : Longueur : 79,24 m - Largeur : 11,31 m - jauge brute : 1709 tx.

Propulsion : machine compound 2 cylindres - Puissance : 1500 cv

 

Le Balkan assurait la desserte de la Corse avec l'IBERIA et le PELION.

En 1914, il est affrété par la Cie Fraissinet pour effectuer le transport de passagers sur la liaison Marseille-Calvi.en remplacement des navires réquisitionnés.

Le 15 août 1918, le vapeur le Balkan quitte le continent à destination de la Corse avec 519 passagers à bord dont 300 soldats permissionnaires. Dans la nuit du 15 au 16, le navire est repéré par un sous-marin allemand. Le vapeur est torpillé au large de Calvi. Il coule rapidement entraînant avec lui dans la mort, 417 passagers. Les secours repêcheront les 102 survivants. 

 

A lire sur ce site :

Le torpillage du Balkan

 

 


 

LE LIBAN (1882-1903)

Armement : Cie FRAISSINET

Chantier de construction : Chantiers Napier & Sons -Glasgow - en Ecosse.

Type de navire : Cargo Mixte

Caractéristiques : Longueur : 91 m - Largeur : 11 m - Jauge brute : 2300 tx

Propulsion : Machine vapeur 3 cylindres, 1 hélice - Puissance : 2150 cv - Vitesse : 12 noeuds.

Capacité : 45 membres d'équipage - 148 passagers

 

Affecté au transport des passagers entre Marseille et la Corse, le Liban avait auparavant navigué jusqu'n Chine et à Madagascar.

Parti de Marseille le 07 juin 1903 à 11h30 pour rejoindre Bastia, il longe la côte aus environs de Toulon, lorsque vers 12h30, il est violement éperonné par tribord avant par l'Insulaire, autre paquebot de la compagnie Fraissinet qui arrive de Nice avec à son bord une quarantaine de passagers. La collision a ouvert une énorme brèche sur le flanc du Liban qui  s'enfonce rapidement et disparait en moins de 20 minutes.

Le paquebot avait à son bord 43 membres d'équipage, 148 passagers titulaires d’un billet et une grande quantité de passagers sans ticket, dont le nombre est inconnu car beaucoup de passagers en classe économique avaient pour habitude d’embarquer et de payer leur traversée directement auprès des commissaires de bord. Au moment de la catastrophe, la régularisation des passagers sans titre de transport n’était pas encore terminée ; on ne put donc jamais établir un bilan précis des victimes du naufrage. On estime que le drame a coûté la vie à 100 à 200 personnes, hommes, femmes ou enfants. Une centaine de rescapés furent ramenés à Marseille..

 

A lire  sur ce site :

Le naufrage du Liban

 


 

LE PELION (1883-1938)

Armement : Cie FRAISSINET

Chantier de construction : chantier Archibald Mc Millan & Son Ltd - Dumbarton - (Ecosse).

Type de navire : Cargo mixte. Sister ship du Balkan

Caractéristiques : Longueur : 79,14 m – Largeur : 11,14 m – Jauge brute : 1794 tx.

Propulsion : 1 hélice. - Puissance : 1500 cv– vitesse : 12,5 noeuds

Capacité : 24 passagers en 1re classe, 38 en 2e classe et 20 en 3e classe.

Autres noms de baptême : TEHERAN - MILLET

 

Mis à flot le20 février 1883, pour le compte de la Compagnie Marseillaise de Navigation à Vapeur Fraissinet, le navire est initialement affecté à la ligne de la mer Noire, puis transféré sur la ligne de la côte occidentale de l’Afrique, qu’il inaugure le 10 août 1889, puis sur celle de la Corse.

En 1914, il sera réquisitionné pour le transport de troupes en Méditerranée jusqu’à la fin de la guerre.

Le Pelion changera par la suite plusieurs fois de propriétaire.

1923 : Vendu à l’armateur Huseyin Kun, de Bandar Abbasà (Iran) et renommé TEHERAN

1924 : Vendu à l’armateur Alemdarzade Biraderler, de Constantinople(Turquie)et renommé MILLET.

1933 : Vendu à l’armateur Türk Sosyete Vapurculuk, de Constantinople.

1936 Vendu à Denizyollari Idaresi, de Constantinople.

1937 : Vendu à Barzilay & Benjamen Vapur Kumpanyasi, de Constantinople.

Le 02 janvier 1938, il est au mouillage dans le port turc de Bender Eregli lorsqu’au cours d’une violente tempête il romp ses amarres et entre en collision avec le Nicolaos Nomicos et sombre en faisant 18 victimes.

 


 

LE CORSICA (1904-1930)

Armement : Cie FRAISSINET

Chantier de construction : Chantiers navals de Nantes.

Caractéristiques : Longueur : 79,5 m – Largeur : 8,7 m – Jauge brute : 1295 tx.

Propulsion : 2 hélices - Puissance : 2500 cv – vitesse : 17,5 nœuds

Capacité : 100 passagers en cabine.

 

Le CORSICA a été construit à Nantes en 1904 et acheté en 1906 par la compagnie Fraissinet à la compagnie Méditerranéenne de Navigation pour être mis en service sur la Corse.

Il est refondu en 1913 avec la suppression d'une des deux cheminées.

En 1930, il est démoli à la Spezia en Italie.

 

 

 


 

L'IBERIA (1904-1930)

Armement : Cie FRAISSINET

Chantier de construction : Chantiers navals de Nantes.

Type de avire : Cargo mixte.

Caractéristiques : Longueur : 79,5 m – Largeur : 8,7 m – Jauge brute : 1295 tx.

Propulsion : .... - Puissance : 2600 cv – Vitesse : 17 nœuds.

Capacité : 107 passagers en cabine.

 

L’IBERIA a été cosntruit à Nantes en 1904. Il est le sistership du CORSICA, de l'ITALIA et du NUMIDIA. Il a été acquis par Cie Fraissinet en 1906 à la Cie Mediterranéenne de navigation.

En 1915, avec Le Balkan et le Pelion, L’Iberia assure la desserte de la Corse à raison de quatre rotations par semaine.

En 1912, le navire est modifié (suppression d'une Cheminée).

En 1930, retiré du service, l’Iberia est démoli à Savone en 1930.

 


 

LE NUMIDIA (1904-1941)

Armement : Cie FRAISSINET

Chantier de construction : Chantiers navals de Nantes.

Type de navire : Cargo mixte.

Caractéristiques : Longueur : 79,5 m - Largeur : 8,68 m - Jauge brute : 1284 tx.

Propulsion : 2 machines - Puissance : 2600 cv - Vitesse : 17 noeuds.

Capacité : 98 passagers.

Autres noms de baptême : KIMON - LEONAS-S - ARISTONE - SOKRATIS-S

 

Construit à Nantes en 1904 pour le compte de la Compagnie Française de Navigation et de Constructions Navales et Satre Réunis le Numidia est cédé à la Compagnie Méditerranéenne de Navigation et acheté en 1906 par la Compagnie Fraissinet.

En 1913, il subit de profondes modifications et une cheminée est supprimée.

Le 10 novembre 1914 le Numidia est réquisitionné et affecté à l’Armée navale jusqu'en 1918 où il est restitué à son propriétaire.

En 1928, il coule dans le port de Marseille. Renfloué et désarmé il ne navigue plus.

En 1931, il est racheté et réarmé pour le compte de Ipirotiki G. Petamianos SA. Renommé KIMON, il navigue sous pavillon grec.

En 1937, pour le compte de S. Théofanides & C° Ltd du Pirée, toujours sous pavillon grec, il est renommé LEONAS-S puis ARISTONE-S.

En 1938, son armateur le renomme SOKRATIS-S.

Le 22 avril 1941, il est coulé par la Luftwaffe à Antikyra (Antigone).

 


 

LE GOLO (1905-1917)

Armement : Cie FRAISSINET

Chantier de construction : Swan Hunter et Wigham Richardson à Newcastle - GB.

Caractéristiques : Longueur : 83 m – Largeur : 11m – Jauge brute : 1380 tx.

Puissance : 4200 cv – Vitesse : 18 nœuds

Autre nom de baptême : GOLO II.

 

Le GOLO a été lancé le 12.11.1905 pour être mis en service sur la Corse.

Réquisitionné en 1914, il est renommé GOLO II et armé en croiseur auxiliaire.

De 1914 à 1917, le navire exécute différentes missions entre l’Italie et la Corse et en Méditerranée orientale.

En 1917, il remplace Le Corte pour le transport du courrier de l’armée d’Orient.

Le 22.08.1917, il assure une liaison Toulon-Bizerte-Malte-Corfou, lorsqu'il est torpillé par le sous-marin allemand UC 22 (OL Erich Wiesenbach) à 48 milles dans le Sud Ouest de cap Bianco, au large de Corfou et sombre en quelques minutes faisant de nombreuses victimes.

Les rescapés dérivent pendant 26 heures avant d'être recueillis par le patrouilleur Salambo et le chalutier Rorqual qui les débarquent à Corfou.

 


 

LE LIAMONE (1905-1937)

Armement : Cie FRAISSINET

Chantier de construction : Wan Hunter WR, Low Walker, Newcastle, Grande-Bretagne.

Type de navire : Cargo mixte.

Caractéristiques : Longueur : 80,14 m - Largeur : 10,46 m - Puissance : 4200 cv - vitesse : 18 nœuds.

Capacité : 44 en 1ère classe - 46 en 2ème classe - 24 en 3ème classe.

 

Le LIAMONE a été construit à Nantes en 1905 et lancé en 1906 pour le compte de la Compagnie Marseillaise de Navigation à Vapeur Fraissinet, Marseille.

Sister-ship du Golo et destiné comme lui au service de la Corse, il est réquisitionné le 16 août 1914. Transformé en croiseur auxiliaire, il est utilisé pour le transport du courrier de l’Armée d’Orient à Corfou. En septembre 1918, il est restitué à son propriétaire.

En 1932, le Liamone est vendu à la Compagnie Aéropostale, et devient l’Aeropostale V qui l’utilise pour le transport de courrier entre Dakar et Natal.

En 1934, il est renommé Air France V, courrier et chargé de la sécurité des raids transatlantiques.

Au premier timestre de 1937,  il est retiré du service et démoli en Allemagne.

 


 

LE CORTE (1911-1941)

Armement : Cie FRAISSINET

Chantier de construction : Swan Hunter et Wigham Richardson à Newcastle - GB.

Caractéristiques : Longueur : 85 m – Largeur : 11 m - Jauge brute : 1706 tx

Propulsion : 2 hélices - Puissance : 4200 cv – Vitesse : 18 noeuds - Capacité : 134 passagers

Autres noms de baptême : CORTE II - PATRIS

 

Construit pour le compte de la Compagnie Fraissinet, Le CORTE est mis en service en 1911 sur les lignes de la Corse. Au début de la guerre, il est le seul navire à effectuer un service maritime avec la Corse une fois par semaine.

Le 16 août 1914 il est réquisitionné pour être transformé en croiseur auxiliaire, armé de 4 canons de 47 mm et renommé Corte II.

En octobre et en novembre 1914, avec le Golo II, de la même compagnie, il fait partie de la Division spéciale, chargée depuis le 8 septembre, de patrouiller entre la pointe Nord de Corse et la frontière franco-italienne.

En 1936, le Corte II est vendu.

Rebaptisé Patris, il navigue sous pavillon Maltais lorsqu’il est coulé au Pirée par l’aviation allemande le 06 avril 1941.

 


 

LE GENERAL BONAPARTE (1923-1943)

Armement : Cie FRAISSINET
Chantier de construction : Chantiers et ateliers de Provence à Port de Bouc
Longueur : 96,12 m – Largeur : 13,63 m - Jauge brute : 2796 tx.


Le 19 mai 1943, le paquebot GENERAL BONAPARTE, affecté au service Corse-Continent, quitte à 8 h 00 le port d’Ajaccio à destination de Nice.
A son bord un équipage de 68 personnes et 216 passagers.
Il est escorté par un hydravion italien. Bien que battant pavillon français, les plages avant et arrière du navire sont armées de pièces d’artillerie servies par des soldats italiens parfaitement identifiables par leur uniforme.
Vers 14 heures, alors que le navire navigue à 40 milles nautiques de Nice, il est torpillé par un sous-marin anglais qui l’avait pris pour un transport de troupes des forces de l’Axe. Le navire sombre en quelques minutes, faisant 137 victimes.

 

 


 

LE CYRNOS (1929-1967)

Armement : Cie FRAISSINET
Chantier de construction : A.C. Weser, Brême.
Longueur : 85,34 m – Largeur : 12,5 m - Jauge Brute : 2406 tx.
Propulsion : 2 hélices - Puissance (en 1953) : 2 moteurs de 3600 cv – Vitesse : 15,5 nœuds
Autre nom de baptême : SG-13


Construit pour le compte de la Compagnie Fraissinet, Le CYRNOS est mis en service en mai 1929 sur les lignes de Corse.
En 1939, il est utilisé comme patrouilleur. En 1940 il désarmé.
En janvier 1943, il est saisi par les Allemands, rebaptisé SG-13 et converti d'abord en patrouilleur puis en mouilleur de mines.
Le 21 août 1944, il est sabordé à Marseille par les troupes allemandes en retraite.
Renfloué en 1946 puis remis en état, le 26 septembre 1947, il coulera à son poste d'amarrage à La Ciotat (Bouches du Rhône ) durant une tempête.
De nouveau renfloué et transformé, il est confié en gérance à la Compagnie Générale Transatlantique en mai 1948 et remis en service sur les lignes de Corse en août 1948.
Au cours de l'hiver 1952-1953, il reçoit des machines neuves.
Rendu à l'Etat en mai 1966 il sera démoli à La Seyne sur Mer en 1967, après une carrière de plus de 37 ans.

 


 

VILLE D'AJACCIO (1929-1948)

Armement : Cie FRAISSINET
Chantiers de construction : Chantiers & Ateliers de Provence – Port De Bouc.
Longueur : 82,00 m – Largeur : 12,5 m - Jauge brute : 2444 tx.
Propulsion : A pilon, triple expansion 3 cylindres – Puissance : 3520 cv – Vitesse : 15 nœuds.
Autres noms de baptême : P-4 – EASTWIND
 

En septembre 1939 le VILLE D’AJACCIO est réquisitionné et devient le patrouilleur auxiliaire P4, il est armé de 5 x 100 mm; et 2 mitrailleuses.

Restitué à la compagnie, il reprend son service en juillet 1940.
A la libération le Ville d'Ajaccio est le premier paquebot remis en service sur la ligne de Corse.
Torpillé en février 1943 au large de Saint-Tropez il parvient à rejoindre Ajaccio.
Après la libération de la Corse en septembre 1943, il effectue des rotations entre la Corse et l'Afrique du Nord.
En mai 1948, par convention avec l’État, le Ville d'Ajaccio est mis en gérance auprès de la Compagnie Générale Transatlantique qui se substitue à la compagnie Fraissinet.
Le 23 juin 1948, par mauvais temps, drossé contre la jetée de la digue des Catalans, à la suite d’une avarie de barre, le Ville d’Ajaccio s’échoue en rade de Marseille.
En 1960, il est vendu à un armateur panaméen et rebaptisé EASTWIND.
Il sera finalement démoli à Hong-Kong en 1961..

 


 

LE CAP-CORSE (1929-1944)

Armement : Cie FRAISSINET

Chantiers de construction : Chantiers navals de Nantes.

Type de navire : Cargo mixte.

Caractéristiques : Longueur : 85,20 m - Largeur : 12,50 m

 

Le CAP-CORSE a été construit à Nantes en 1929

En 1939, le navire est transformé en patrouilleur et équipé de cinq canons de 100 mm.

En 1940, il est restitué à ses propriétaires.

Le 21 août 1944, il est coulé en rade de Marseille.

 

 

 

 


 

L'ILE DE BEAUTE (1930-1943)

Armement : Cie FRAISSINET
Chantier de construction : Deschimag - Brême
Longueur : 102,15 m - Largeur : 13,22 m - Poids : 2600 tonnes
Puissance : Machine à vapeur de 5500 cv - Membres d’équipage : 78
Capacité passagers : 472 dont 40 en 1ère classe – 32 en 2ème classe et 400 en 3ème classe.
Autre nom de baptême : KRETA.


L’ILE DE BEAUTE a été construit aux chantiers de Brême en 1930 au titre de réparation de dommages de guerre.
Il est mis en gérance par l’Etat auprès de la compagnie Fraissinet et affecté à la ligne de Corse.
Le pont avant disposait de plusieurs places pour accueillir des voitures dont l'accès se faisait par la grue installée sur le mat avant.
Le 18 juin 1943, le bateau est saisi par les Allemands, transformé en navire de détection aérienne et rebaptisé KRETA.
Le 21 septembre 1943, le navire sombre dans le Golfe de Gènes torpillé par un sous-marin polonais.

 


 

LE PASCAL PAOLI (1932-1943)

Arment : Compagnie FRAISSINET
Chantier de construction de Provence à Port de Bouc
Longueur : 96 m - Largeur : 15 m - Puissance : 4800 cv - Vitesse : 15 noeuds.
Autres noms de baptême : P7 – ALTAMURA – SG-5
 

Le paquebot PASCAL PAOLI mis en service en 1932 est destiné à assurer les liaisons Continent-Corse pour le compte de la Compagnie Fraissinet.
De 1939 à novembre 1940, il est réquisitionné. Armé de 5 x 100 mm; et 6 mitrailleuses il devient le patrouilleur auxiliaire P7.

Le 7 janvier1943, il est saisi par la Kriegsmarine en application des accords Laval-Kaufmann et remis à l'Italie qui le rebaptise Altamura.
Le 15 septembre 1943, il est sabordé à La Spezia.
Renfloué en décembre 1943 par les allemands, il est renommé SG5 mais n'est pas remis en service.
Le 23 septembre 1944, il est de nouveau coulé lors d'un bombardement Américain sur La Spezia.
A nouveau renfloué, il sera démoli après la guerre.

 

 
 

Me contacterr

Haut de page

Dernière mise à jour pour cette page : 28 avril 2021