Bibliographie Livre d'Or ***

 

LA CORSE OUBLIEE

PASTINA

Vous pouvez écouter sur cette page un extrait de la chanson "Mi trema l'esse" interprétée par I MUVRINI

 

   

PASTINA

 Photos JS.TIMOTEI

 

Département de la Haute Corse

Hameau de la commune de MERIA

CP: 20287

Canton du CAP-CORSE

Altitude: 183 m

Latitude: 42.92.9458

Longitude: 09.41.5244

 

Pastina que l'on peu atteindre en empruntant la départementale D35 qui traverse latéralement le Cap Corse de la marine de Meria à Centuri. fait partie de la commune de Meria. D'autres hameaux, dont beaucoup sont aujourd'hui ruinés, composent la commune: Aghja, Caracu, Pastina, Poggiale, Sordolacciu, Murtella, Muracce, Murticciu, a marina.

Meria était surtout connu pour sa mine, la plus imprtante des trois que comptait le Cap-Corse (avec Ersa et Luri) où le minerai exploité était surtout de l'antimoine. Entre 1858 et 1917, plusieurs centaines de mineurs ont travaillé dans ces mines dont la production était d'une tonne de minerai par jour.

L'aventure prendra fin par manque de main d'oeuvre mais aussi par une trop faible rentabilité et par les difficultés liées au transport.

Sur place, aujourd'hui, une simple plaque marque l'emplacement du site et rend hommage aux nombreux mineurs corses et italiens.
 

Cliquer sur une photo pour l'agrandir ou voir le diaporama.

 

La société des mines de Meria avait été constituée par assemblées générales des 05 et 20 juin 1908 pour la reprise des mines d'antimoine de Meria exploitées depuis de nombreuses années par divers propriétaires qui avaient cédé leurs concessions tout en restant intéressés à la Société pour des sommes importantes. Ce domaine minier avait une superficie totale de 464 hectares.
Le capital do 3.000.000 de francs était divisé en 30.000 actions de 100 francs. Sur ces actions, 10.000 avaient été attribuées en représentation des apports.
Le conseil d'administration de cette Société était ainsi composé :
M. A. Adam, président ; M. Georges Moulun, ingénieur, fondateur de la Société, administrateur délégué ; M. André Berthelot ; M. le comte René d'Argent ; M. Paul Santarelli. La Société avait un contrat passé avec une des plus grandes maisons de Londres, la maison Cookson.
 

 

 

Cliquer sur une photo pour l'agrandir ou voir le diaporama.

 

A la fin du 19ème siècle, la population de Pastina était composée de mineurs qui travaillaient à la mine d'Antimoine toute proche. En 1906, le hameau comptait 91 habitants et dans la commune, s'étaient environ 200 ouvriers qui étaient employés pour extraire les 90 tonnes mensuelles d'antimoine. Mais la prospérité économique de la région s'arrêtera brusquement avec l'arrivée de la première guerre mondiale. Le 8 juillet 1914, une assemblée générale décide la mise en liquidation la société, et en 1917, la mine qui avait été mise en exploitation en 1858 est contrainte de cesser son activité. Les mines de la Lucette, dernière société propriétaire,  cède à la commune, contre l'euro symbolique, les terrains lui appartenant, soit quatre hectares environ.

Une véritable hémorragie démographique s'ensuit. Les hameaux de Pastina et de Caracu sont abandonnés vers 1925 et la commune de Meria ne compte plus aujourd'hui que 102 habitants alors qu'ils étaient plus de 1000 en 1891.

 

Nature du gîte : Nombreux filons minéralisés dans les schistes lustrés et amphiboliques, orientés principalement Nord-Ouest, Sud-Est. Pendage vers le Sud-Ouest. La stibine est parfois associée au cinabre. On a observé quelques colonnes riches. Un atelier pour la préparation de régules avait été installé.

 

Cliquer sur une photo pour l'agrandir ou voir le diaporama.

 

 

Me contacter

Haut de page

Dernière mise à jour pour cette page : 04 avril 2021