GHJACUMU BONICARDU

 

COPYRIGHT:  Décembre 2007

  Retour

 

Maria-Grazia VINCENSINI

(dite Maria-Luisa)

 

Par Joseph MARIANI

Octobre 2006

Antisanti/violence/19ème siècle

Version 1.2 - destination : Publique

 


  

Moins célèbre que la « COLOMBA » de Mérimée, Marie Louise VINCENSINI passe cependant à la postérité comme la « fiancée » de Joseph ANTONMARCHI plus connu sous le surnom de GALLOCHIO, bandit du 19ème siècle auquel sont imputés une cinquantaine de meurtres.  La « notoriété » de « Maria Luisa » est en grande partie due aux romans publiés le siècle suivant les évènements qui ont marqués sa tumultueuse adolescence.

Notre propos n’est pas de redire une énième fois la violence déchaînée à l’époque par la rupture des fiançailles. La lecture du roman de Henri PIERHOMME , réédité récemment dans « la corse et ses bandits » de Gabriel Xavier et Vannina CULIOLI ( anthologie – le XIXe siècle /DCL éditions ) peut aider à se replonger dans cette tragique « épopée ».

Des informations peuvent également être consultées à ce sujet sur le site Internet d’ANTISANTI.

Signalons également la relation, non romancée celle là, des évènements en rapport avec le village d’ANTISANTI par Dominique ALTIBELLI dans N° 5  de « ANTISANTI –Mémoire d’un Village ».

Enfin, dans CORSE MATIN- la corse votre hebdo/novembre 2005, Paul SILVANI retrace le parcours du bandit.

Nous souhaitons plutôt, à travers l’état civil, suivre  le devenir de « Marie Louise » après  une si tragique jeunesse.

Le 10 février 1806, à CASEVECCHIE, naît Maria Grazia VINCENSINI. Elle est la fille d’Angelo Giuseppe et de Rosella née GIACOBETTI. Nous avons parfaitement retrouvé sa trace  dans les documents officiels d’état civil de l’époque, aux archives départementales de BASTIA.

Ce même état civil indique bien, dans les années suivantes, que « Maria Grazia » est « dite Luisa » et son âge est en parfaite correspondance avec les données historiques ou romanesques. L’identification de la personne est incontestable.

Nous utiliserons le prénom d’usage de Maria Grazia : Marie Louise; C’est celui qui est resté à la postérité.

Marie Louise est donc née à CASEVECCHIE. Elle est déclarée sur l’état civil de NOCETA dont CASEVECCHIE était un hameau jusqu’en 1866. Les VINCENSINI fréquentent CASEVECCHIE depuis bien longtemps.

En effet, cette hauteur au dessus de la plaine, constituait la « PIAGHJA » de NOCETA. La topographie et le climat en faisaient un endroit bien adapté au mode de vie lié à la transhumance. Mais aussi un endroit où il faisait doux vivre …

A tel point que certains VINCENSINI vont s’y sédentariser.

Marie Louise en a bien entendu parler de ces anciens qui venaient du VENACAIS. Mais elle a surtout connu la génération qui suivra, les premiers à naître Français : Son père ANGELO GIUSEPPE et sa tante DORALICE (sœur de son père), ainsi qu’une cousine de son père, MARIE XAVIERE, tous trois mariés avec des ANTISANTAIS. Les autres frères et sœurs d’ANGE JOSEPH : FILIPPO ANTONIO,  SANTO FRANCESCO, PAOLA CATARINA…

Et les cousins plus ou moins éloignés de ces derniers :GIOVANNI, FILIPPO ANTONIO, NATALE, BEATRICE, MARIA DIANA ,CATARINA …et les autres, si nombreux .

Mais revenons à « Marie Louise », en particulier ses mariages successifs et les enfants qu’elle en a eut. Premier mariage le 22 avril 1829, alors que GALLOCHIO était en Grèce, avec Andrianu RISTERUCCI. Son époux décède en 1831, juste avant la naissance de Marie Rose, leur deuxième enfant (le premier, un garçon né en 1829, avait été prénommé Angelo Giuseppe en souvenir du père si tragiquement disparu). Veuve, Marie Louise se remarie en 1833, le 18 Mai, avec Paul Louis GUERRINI, de Rospigliani, il en naît un enfant, Ange Joseph GUERRINI le 20 août 1834 mais Paul Louis décède en novembre de la même année. On peut supposer que GALLOCHIO n'est pas étranger à ce décès. Marie Louise est à nouveau veuve. Son troisième mariage, celui qui durera le plus, aura lieu deux ans plus tard, le 26 septembre 1836 (une année après la mort de GALLOCHIO) elle épouse un autre RISTERUCCI, Jean Quilicus, qui lui donnera cinq enfants, entre 1837 et 1850, date à laquelle elle donne le jour, âgée de quarante quatre ans à sa dernière, Lilinna qui porte le prénom de la petite sœur de Marie Louise décédée à l’âge de cinq ans.

Les prénoms des « anciens » seront transmis, en particulier par l’un des garçons de Marie Louise, Pierre, qui donne à sa première née le prénom de Marie rosulina, puis aux suivants celui de Marie Anne, Marie Grâce et Jean Quilicus.

Les  garçons de Marie Louise se prénomment  Pierre, déjà cité, Matteo né le 26 novembre 1848 et Jean Thomas.

Outre la dernière, Lilina, Marie Louise aura eut auparavant une autre fille : Lucia Santa, née le 21 octobre 1837.

Marie Louise décède à CASEVECCHIE le 26 février 1871; elle est alors âgée de 65 ans.

Des descendants directs de Marie Louise, mes si lointains cousins, existent; connaissent-ils l’existence  si mouvementée de leur ancêtre?

 

Dernière mise à jour pour cette page: 21 avril 2011