COPYRIGHT:  Décembre 2007 - Jacques Simon TIMOTEI
Bibliographie Livre d'or ***
 

 

 

 COUTUMES ET CROYANCES CORSES

L'ENFANCE

A ZITELLINA

 

Vous pouvez écouter sur cette page un extrait de la chanson "Corri corri o zitellina" interprétée par Antoine CIOSI

 

 

Tout au long de sa petite enfance, l'enfant est élevé par sa mère et sa grand-mère (le plus souvent paternelle). Il n'est fait  alors, aucune distinction entre le garçon et la fille: tous deux portent une robe et ont des cheveux longs.

Lorsqu'ils sont encore tout petits, leurs parents leur apprennent les richesses de leur langue et leurs mères leur apprennent d'amusantes filastrocche ( des comptines qu'ils s'amusent à débiter ensuite entre eux à toute vitesse) pour les éveiller, leur donner une aisance dans le maniement de la langue et leur développer la mémoire.

 

Dumane hè Dumenica,

U prete hè inda zennica,

A zennica hè rota,

U prete hè inda bottè,

A botte hè senza stuppinu,

U prete hè indu baccinu,

U baccinu hè senza fondu,

U prete hè indu fornu,

U fornu hè seza teghja,

U prete sculateghja,

Ssculateghja quantu ti pare

Chi la serva non ci vale !

Demain c'est dimanche,

Le curé est dans le baquet à lessive,

Le baquet à lessive est cassé,

Le curé est dans le tonneau,

Le tonneau est sans bouchon,

Le curé est dans le boisseau,

Le boisseau est sans fond,

Le curé est dans le four,

Le four est sans bouchoir,

Le curé tombe sur le derrière,

Tombe sur le derrière tant que tu veux,

Car la servante n'y peut rien !

 

Très tôt, vers l'âge de six ou sept ans, lorsqu'elle commence à acquérir une certaine indépendance, la fille fait avec sa mère l' apprentissage de toutes les taches ménagères, s'occupe de ses jeunes frères et soeurs, de la tenue de la maison et du potager tandis que le garçon, auquel on a maintenant coupé les cheveux, apprend à suivre son père qui l'initie aux travaux des champs et à la vie de berger. Quand, vers l'âge de onze ans, son père lui offrira un couteau, symbole d'autonomie, u zitellu (le jeune garçon) comprendra qu'il est devenu un' omu. C'est le seul "vrai" cadeau que recevra l'enfant au cours de son enfance.

Il n'est pas rare de trouver des familles de dix et douze enfants. Selon leur âge, ils se répartissent les tâches domestiques

Habitués très tôt au travail, garçons et filles traversent l'enfance à pas de géant et n'ont pas le temps de se créer des besoins. Issus très souvent d'une famille nombreuse, ils se dévouent entièrement à l'exploitation de la terre ancestrale.

Lorsque la famille le peut, l'ainé est préparé pour partir faire des études sur le continent et devenir fonctionnaire, militaire ou médecin selon ses possibilités. Le second, bien souvent se destine à la prêtrise. Ces deux là, qu'on a pu mener aux prix de lourds sacrifices jusqu'à une "situation" auront la charge d'assurer l'avenir des autres enfants de la fratrie.

 

En ce temps là, les enfants ne possédaient que peu de vêtements et marchaient le plus souvent pied nus. Parfois, ils se fabriquaient une paire de sandales dans un vieux pneu et utilisaient des morceaux de grillage du vieux poulailler en guise de lacets.

Souvent leur jeux consistaient à faire rouler devant eux en courant, une roue de vélo débarrassée de ses rayons qu'ils poussaient avec un bâton.

 

 

 

Me contacter

Haut de page

Dernière mise à jour pour cette page : 21 juillet 2021